Réseau S&T Afrique Caraïbe de soutien à la lutte contre les maladies infectieuses

Défi
Madagascar, Haïti, Cameroun, Mali sont parmi les plus pauvres de la planète et ils sont lourdement affectés par les maladies infectieuses ce qui entrave leur développement économique.

Point focal
Le projet vise à contribuer à l'amélioration des soins au niveau de la prévention, du diagnostic et du traitement des patients atteints de maladies infectieuses, en particulier de la Tuberculose Multi Résistante (TB-MDR) et des Infections Respiratoires Basses Aigues (IRBA), dans les pays ACP. Plus spécifiquement, le projet renforcera les capacités scientifiques et technologiques dans quatre pays ACP (Cameroun, Haïti, Madagascar, Mali) afin qu’ils puissent développer une recherche de qualité, mieux s’intégrer dans les réseaux de recherche internationaux et appliquer les résultats de recherche les plus pertinents pour le pays.

Raisonnement
La lutte contre les maladies infectieuses est déterminante pour la croissance économique de ces pays. Les deux types de maladies sélectionnées:

  • la tuberculose multi résistante (TB-MDR) ;
  • les Infections Respiratoires Basses Aiguës (IRBA)

l’ont été en raison des problèmes de santé publique qu’ils posent. En particulier, ce sont les pays d’Afrique qui présentent d’après des estimations récentes le taux d’incidence per capita le plus élevé de TB-MDR dans le monde. Quant aux IRBA, elles constituent la première cause de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans et la deuxième cause de mortalité dans les pays en développement.

La lutte contre ces maladies suppose en effet un renforcement des capacités locales de recherche tant en matière de prévention, de diagnostic que d’amélioration de la qualité des soins. L’expérience montre que les systèmes de recherche des pays concernés ne peuvent répondre de façon satisfaisante aux besoins pour des raisons diverses:

  • coordination insuffisante entre les instituts de recherche ;  
  • faiblesse des politiques de recherche et difficultés à mobiliser des financements extérieurs ;
  • insuffisance  des compétences requises ;
  • manque de technologies adaptées notamment pour le diagnostic ;
  • difficultés à transférer les résultats de recherche aux systèmes de santé et aux malades.

Méthode
La mise en place d’un réseau inter-pays via des réunions et une plateforme Internet permettra d’accroître la coordination entre instituts et avec un certain nombre de réseaux existants sur des thèmes proches en particulier le groupe recherche du ‘Stop TB Partnership’, l’Union Internationale Contre la Tuberculose etc.

La création d’un comité consultatif national associant les acteurs publics et privés, (ministères de la recherche et de la santé, programmes nationaux et internationaux, hôpitaux, associations de patients, etc.) contribuera à la définition de priorités (en s’appuyant en tant que de besoin sur des études épidémiologiques) et plus généralement à la formulation de politiques de recherche.

Pour améliorer leurs compétences scientifiques, les chercheurs bénéficieront de formations de courte durée organisées en liaison avec les institutions d’enseignement supérieur locales sur les thèmes suivants : épidémiologie et statistique, procédures d’assurance qualité (Bonnes pratiques de laboratoire, Hygiène et sécurité), utilisation de nouvelles technologies de biologie appliquées au diagnostic, gestion des activités de recherche, montage et rédaction de demandes de financement.

Les capacités technologiques des laboratoires seront renforcées par le transfert de techniques moléculaires de diagnostic préalablement testées et validées. Les chercheurs des pays ACP seront formés à leur utilisation.

Afin de faciliter la dissémination des résultats de la recherche, un soutien sera apporté à la rédaction de publications et de présentations. Deux conférences scientifiques ACP-Europe seront organisées. Une réunion de consensus ouverte à la participation d’acteurs divers (notamment des décideurs et des bailleurs potentiels), permettra de partager les résultats, valider des recommandations et de contribuer à l’application des résultats de recherche.

Réalisations (outputs)

  • Un réseau pérenne, inter-pays, d'institutions de recherche et collaboration avec des réseaux existants.
  • La définition des priorités des politiques de recherche au niveau national et régional en lien avec les besoins sanitaires du pays en s'appuyant sur un comité consultatif associant pouvoirs publics, universités, hôpitaux, associations de patients, etc.
  • La diffusion de résultats issus de la recherche.

Implications (outcomes)
Les compétences de la communauté scientifique amélioré en matière de :

  • méthodes de recherche (statistique, épidémiologie) ;
  • procédures d'assurance qualité (Bonnes pratiques de laboratoire, Hygiène et sécurité) ;
  • utilisation de nouvelles technologies de biologie appliquées au diagnostic
  • gestion des activités de recherche ;
  • accès aux financements extérieurs. 
Grant: AFS/2009/219014
Project duration: 36 mois (du 15/10/2009 au 14/10/2012)
EC funding: EUR 967.741,86
Total budget: EUR 1.180.173,62
Project contact:

Mme Florence Pradel
Fondation MERIEUX
17, Rue Bourgelat
69002 Lyon
France
Tel: +33-4-3728.2413
Fax: +33-4-3728.2411
E-mail: florence.pradel [at] lpe.fondation-merieux.org
Web: www.fondation-merieux.org

ReST-ACMI
Florence Pradel