Améliorer l’interface entre prestataires de soins officiels et traditionnels pour une meilleure prise en charge des pathologies prioritaires et accélérer l’atteinte des OMD Santé en Afrique de l’Ouest

Défi
L’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) relatifs à la Santé est compromise en Afrique subsaharienne. De nombreux pays n’affichent aucun progrès. Il y a un « chaînon manquant » entre les grandes théories et la pratique de terrain. D’une part, les efforts spécifiques à certaines maladies (« programmes verticaux ») visant les OMD tendent à se focaliser sur les aspects biomédicaux des problèmes aux dépens des aspects psycho-socio-économiques. D’autre part, les acteurs de terrain chargés d’assurer des soins de santé aux populations pauvres, n’entretiennent pas toujours des relations constructives, en raison du décalage entre l’offre de soins et les attentes des bénéficiaires. 

Point focal
Le projet vise le renforcement de l’interface entre prestataires de soins sur le terrain (officiels, traditionnels et de la société civile) en vue d’améliorer la qualité et l’efficience des services et soins de santé, et des capacités institutionnelles des partenaires impliqués.

Raisonnement
Une approche systémique est nécessaire pour assurer le passage de la théorie à la pratique et permettre aux initiatives contribuant à accélérer l’atteinte des OMD de produire des résultats tangibles sur le terrain. Cette « approche systémique » prend en compte l’ensemble des facteurs contextuels influençant la santé ainsi que les acteurs impliqués dans la promotion de la santé des populations bénéficiaires.

Les systèmes sanitaires des pays d’Afrique de l’Ouest ne sont souvent pas à même de fournir de bonnes options de prise en charge des patients d’une part à cause d’une inadaptation de l’offre de soins et d’autre part, à cause du faible recours des populations les plus pauvres au système de soins officiel. En effet, les patients ne recourent aux centres de santé qu’en dernier recours, après avoir tenté l’automédication et la consultation de tradithérapeutes. Il apparaît dès lors indispensable d’améliorer la concertation entre prestataires de soins afin d’assurer l’accès rapide à des soins de qualité.

Le projet procèdera par un renforcement des capacités des acteurs du réseau et par la capitalisation des expériences menées.

Méthode
Mettre sur pied un mécanisme de concertation au niveau local pour renforcer les capacités institutionnelles et l’interface entre prestataires de soins de terrain (officiels et traditionnels) et autres contributeurs à la santé des populations (communautés, organisations à base communautaire):
- Mettre sur pied dans chaque district un mécanisme de concertation impliquant prestataires de soins publics, tradithérapeutes, équipes de direction des districts sanitaire (de composition variable selon les pays mais en général comprenant le médecin chef du district, l'administrateur gestionnaire du district, les superviseurs des activités des structures de 1er échelon des soins, le médecin directeur de l'hôpital de référence et le responsable du nursing à l'hôpital), patients, communautés et instituts de recherche.
- Réaliser une enquête d’analyse institutionnelle de ces différents acteurs en termes de capacités présentes et potentielles dans le projet.

Mettre sur pied un dispositif de prise en charge assurant l’équité et un meilleur accès à des soins de qualité aux patients les plus fragiles et défavorisés (mères et enfants, populations rurales, indigents, …):
- Analyser les données dans les institutions d’offre de soins (publiques et privées) des différents sites d’étude.
- Analyser le parcours thérapeutique des patients.
- Identifier les besoins d’améliorations techniques, humaines et organisationnelles de la prise en charge des principales pathologies.
- Modéliser un dispositif novateur de prise en charge globale basée sur les attentes des bénéficiaires et les besoins non couverts.
- Mettre en place un système de diminution des coûts inutiles et dépenses non justifiées.
- Mettre en réseau les patients chroniques (tuberculeux, hypertendus, diabétiques, etc.).
- Appuyer les districts sanitaires dans la mise en œuvre du dispositif.
- Assurer le monitorage régulier du processus et mesurer les indicateurs quantitatifs et qualitatifs de la prise en charge médicale des pathologies prioritaires.
- Réaliser une étude quasi expérimentale du dispositif mis en place.

Pérenniser la promotion de la qualité des soins par une organisation des soins centrée sur les préoccupations des patients et adaptée à leur contexte socioculturel, à la fois au niveau des acteurs locaux parties prenantes du projet, mais aussi à travers la diffusion des résultats de l’expérience aux niveaux national et international:
- Documenter l’expérience et réaliser des publications.
- Organiser des colloques de partage des expériences et participer à des conférences scientifiques.
- Elaborer et maintenir un site Web sur le projet.
- Organiser un plaidoyer auprès des autorités de chaque pays et des organisations internationales et nourrir ainsi les politiques nationales et internationales à partir du terrain (processus bottom-up).
- Développer un processus de pérennisation des acquis du dispositif.

Réalisations

  • Mécanisme de concertation mis en place au niveau local (incluant les prestataires de santé de premier niveau officiels et traditionnels, les équipes de districts, les patients, leurs communautés et les instituts de recherche) et mise en réseau sous-régional (incluant les partenaires du projet).
  • Attentes et besoins spécifiques identifiés en matière de prise en charge des patients.
  • Dispositif novateur de prise en charge globale basée sur les attentes des bénéficiaires et les besoins non couverts proposé.
  • Indicateurs quantitatifs et qualitatifs de prise en charge médicale des problèmes de santé prioritaires améliorés.
  • Différents supports de documentation et d’information élaborés.

Implications

  • Un plaidoyer pour influencer les politiques nationales et internationales.
  • Un processus de pérennisation des acquis du dispositif.
  • Des systèmes de santé efficaces dans les pays partenaires. 
Grant: FED/2009/217065
Project duration: 36 mois (du 10/11/2009 au 09/11/2012)- CLOTURE
EC funding: EUR 998.232,10
Total budget: EUR 1.177.032,10
Project contact:

Université Libre de BruxellesEcole de Santé Publique
Unité Politique et Programmes en Santé Internationale
ESP-ULB-CP 597
M. Bruno Dujardin
808 Route de Lennik
1070 Bruxelles
Belgique
Tel: +32-2-555.40.18
Fax: +32-2-555.40.49
E-mail: Bruno.Dujardin [at] ulb.ac.be
Web: www.ulb.ac.be/esp/psd

Etienne Mugisho